Rendement : time-weighted vs money-weighted

Suite à mon article PERFORMANCE DE NOTRE PORTFOLIO GLOBAL DEPUIS CRÉATION un lecteur m’a généreusement envoyé un courriel afin d’expliquer certaines nuances sur les différentes façons d’évaluer les rendements.  Je trouvais ça tellement bien expliqué que j’ai tout simplement décidé de copier l’intégral ici.  Le lecteur désire conserver l’anonymat mais je le remercie pour avoir pris de son temps!

Money-weighted vs time-weighted

Il y a 2 grandes familles de méthode pour calculer un rendement: 

– money-weighted

– time-weighted

La méthode que tu as utilisé est money-weighted parce que tu considères le moment auquel l’argent est entré dans le compte. Exemple: 

tu as 100$ le 1er janvier, le rendement des 6 premiers mois est 10%, donc un solde de 110 au 30 juin. Tu déposes 1000$ le 1er juillet, un nouveau solde de 1 110$. Le rendement des 6 derniers mois est -1%, donc ton solde de fin sera de 1 099. Si tu compares le solde de fin avec l’argent qui a été déposé, tu auras un rendement négatif, par contre, l’indice a probablement fait 9% durant cette période.

Ainsi, les méthodes money-weighted sont bonnes pour évaluer la performance d’un portfolio, mais pas pour la comparer, car elles sont sensibles au timing des cash flows. 

Pour comparer les performances d’un portfolio et évaluer la qualité d’un investisseur, je préfère utilisé une méthode time-weighted. Dans une méthode time-weighted, toutes les périodes sont équipondérées, peu importe l’argent disponible à ce moment dans le fond. Si je reprends l’exemple plus haut, on calculera 10% de rendement les premiers 6 mois, puis -1% de rendement les 6 derniers mois, pour un rendement de 8,9% ((1,10)*(0,99)=1,089).

Le truc est de créer une nouvelle période chaque fois que de l’argent est déposé ou retiré du fonds. Ça semble compliqué, mais la meilleure méthode de le faire est via une valeur unitaire.

Exemple : 

Je m’explique. 

Supposons que tu as 100 000 $ dans un fonds au début de l’année et que tu fixes la valeur unitaire à 100. Tu as donc 1 000 unités. 

Au 30 juin, après un rendement de 10%, ton solde est maintenant de 110 000$, toujours 1 000 unités. Ta valeur unitaire est donc rendu 110 (110 000 / 1 000). Tu déposes 5 000 $ dans le compte. Tu as donc maintenant 45,45 unités de plus (5 000 / 110 = 45,45), pour un total de 1 045,45 unités valant chacune 110$. Donc un solde total de 115 000$.

Le rendement des 6 derniers mois est de -1%, ton solde devient 113 850 et tu as toujours 1 045,45 unités. Ta valeur unitaire devient 108,9. Ton rendement cumulatif sur les 2 périodes est donc de 8,9% (même résultat que plus haut).  On peut faire ça avec des retraits et des dépôts.

Bien comprendre la différence entre le rendement time-weighted et money-weighted

Mon but n’est pas seulement de me comparer aux indices, mais aussi de savoir si mes décisions de « timing » sont bonnes. Exemple, si j’ai 10 000 à investir ce mois-ci, je peux l’investir en entier à une date précise, ou encore étendre mes risques en investissant 2 000$ chaque mois. Ça me permet justement d’éviter les corrections. Pour évaluer si cette décision était bonne, il me faut un « money-weighted », soit un rendement pondéré sur l’argent disponible. Quand je me compare à un indice, disons, le TSX, je regarde exclusivement le « time-weighted », puisque l’indice n’est pas affecté par les mouvements de capitaux (en fait oui, mais seulement à une énorme échelle). Exemple, l’an passé, j’ai investi un gros montant d’argent le lendemain du Brexit, juste avant que les marchés ne remontent. Alors mon « money-weighted » est beaucoup plus élevé que mon « time-weighted ». Ça m’a démontré que je fais bien de conserver de l’argent cash pour profiter de ce genre d’évènements. L’inverse est aussi souvent vrai (je constate que j’aurais dû freiner mes ardeurs et garder du cash).

Les gestionnaires de fonds n’utilisent que très rarement le money-weighted. Leurs performances ne peuvent pas être jugées en fonction des décisions de leurs clients d’ajouter ou de retirer des fonds. Le rendement qu’il publie est le rendement qui aurait été fait sur 1$ présent au début de l’exercice qui est encore là à la fin de l’exercice.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *