Twitter pour vous aider à investir?

Il existe plusieurs façons de trouver des idées d’investissement.  On peut se bâtir un réseau d’investisseurs, parcourir les blogs et les forums, chercher à même la base de données de SEDAR, utiliser un «stock screener», etc.  Aujourd’hui, je m’attarderai sur un outil que j’utilise régulièrement et qui m’a bien servi jusqu’à présent : Twitter.

Personnellement, je ne fréquente plus les réseaux sociaux (sauf Twitter).  Je passe déjà assez de temps sur l’ordi à lire des blogs/forums et à visionner n’importe quoi sur youtube que je n’arrivais pas à justifier le fait de perdre plus de temps sur facebook.  J’irais même jusqu’à dire que ça me laissait un goût amer.  Quand un de mes proches me montre ses photos de voyage ou autre, j’avoue perdre l’intérêt très rapidement.  Je ne peux pas dire que ça m’excite beaucoup.  Pourquoi irai-je regarder ceux de personnes que je ne connais à peine ou que je n’ai pas vu depuis des années?  Alors oui, je me prive de «poker» du monde et cliquer «J’aime» sur des millions de photos et occasionnellement je dois justifier pourquoi je n’ai pas facebook mais somme toute, je suis bien ainsi!

Comment Twitter pourrait m’aider à investir?

Pour ceux qui ne connaîtraient pas Twitter, c’est un réseau social où l’on peut seulement écrire des messages d’une longueur de 140 caractères.  Lorsqu’on s’abonne à une personne, on verra tout ce que cette personne va écrire ainsi que tout ce qu’elle commente, partage ou aime (pas mal comme facebook).  Il semble que Twitter soit bien apprécié par la communauté d’investissement car on y retrouve d’excellents investisseurs de toute sorte.  Bon, premièrement il faut garder en tête qu’on ne parle pas ici de recette magique.  Simplement que Twitter, si bien utilisé, pourrait aider à découvrir des idées d’investissement et même à réseauter avec d’autres investisseurs.

Lorsque j’ai commencé à investir dans les microcaps en 2015, j’ai commencé à suivre un blog et puis un autre.  Au fil du temps, j’ai découvert Twitter et j’ai commencé à y suivre certains investisseurs que j’aimais lire et dont je respectais le travail et l’approche.  Ensuite, lorsqu’un de ces investisseurs partageait le tweet d’une autre personne, je m’abonnais aussitôt à cette dernière.   Je me suis donc retrouvé avec une base d’abonnement très intéressante.

Je me suis aussi rendu compte, du moins pour les microcaps, que c’était vraiment un petit monde.  Je voyais qui discutait avec qui, qui partageait les mêmes visions, qui détenait certains titres, etc.

Bâtir un réseau d’investisseur virtuel

Il est certain qu’un réseau virtuel ne remplacera jamais la discussion qu’on peut avoir face à face.  Une bonne poignée de main en se regardant dans les yeux bâtira sûrement un lien plus solide qu’un «retweet»!  Disons que Twitter peut servir de point de départ ou de complément.

En utilisant Twitter, j’ai eu accès à des groupes de discussion privés.  Par exemple, un investisseur réputé à eu la bonne idée de créer un groupe et de lancer une invitation aux actionnaires d’une entreprise en particulier.  On se retrouve donc avec plusieurs investisseurs/actionnaires qui partagent leurs opinions sur les performances de la compagnie, leurs prévisions et surtout leurs propres discussions avec le management.  C’est une dynamique intéressante et une bonne source d’information complémentaire.

Vous pouvez aussi poster vos propres analyses ou commentaires et vous faire connaître des autres investisseurs. Si l’on perçoit l’effort derrière vos analyses, vous gagnerez assurément de la crédibilité auprès de la communauté.

Filter la «scrap»

Je pense que j’ai réussi à me bâtir une bonne liste d’abonnement et donc l’information qui circule sur mon Twitter est en général assez pertinente.  Cependant, il faut faire attention car il y a beaucoup de «promoteurs d’action» qui ne veulent faire que du pump and dump.  En général, lorsque vous voyez des messages du genre «Wow, l’action a touché son plus haut et va assurément s’envoler encore plus haut!»  ou bien «Cette action est sur le point de décoller, dépêchez-vous!» avec des petits icônes de fusée et de signe de dollar…c’est un bon indice que cette personne n’investi probablement pas pour le long terme et tente seulement de mousser le titre pour s’en débarasser aussitôt.

Il n’y a rien de mal a mentionner qu’une action a touché son sommet ou a doublé en un mois….mais de laisser entendre qu’elle s’en va plus haut, encore plus haut et toujours plus haut…c’est une autre histoire.  En gros, on peut parler de juste valeur d’une action mais de dire qu’une action va valoir X$ dans Y nombre de temps…ou bien qu’elle devrait franchir la barre des X$ sous peu…c’est de la pure spéculation et dans certains cas, c’est fait avec de mauvaises intentions.

Conclusion

Selon ma propre expérience, Twitter peut s’avérer un bon outil pour en apprendre sur l’investissement ou découvrir de nouveaux titres (articles partagés, commentaires, analyses, nouvelles).  Ça peut aussi être utile pour découvrir de nouveaux investisseurs avec des approches et philosophies d’investissement différentes.

Un bon début serait de s’abonner à 4-5 personnes qui vous inspirent confiance ou qui publient du bon matériel et allez voir qui ces gens-là suivent.  Si vous suivez des blogs, ils ont souvent un compte Twitter alors allez dans leur page d’abonnement ou regardez leur fil de discussion pour voir ce qu’ils ont partagé et de qui ça venait.

 

Qu’utilisez-vous pour trouver des idées d’investissement et réseauter avec d’autres investisseurs?

 

10 commentaires

  1. BarbeRiche,
    Je n’ai pas facebook. En fait c’est faux. J’ai du créer un compte pour accéder à certaines fonctionnalités sur certains sites mais je ne m’y connecte à peu près jamais et je n’ai pas d’amis sur mon compte.
    Je me suis désintéressé rapidement de ça quand je me suis rendu que
    1) c’était bourré de time traps.. j’men ka-lys tu de ce que le beau-frère a mangé à la cage avec ses chums??? Je n’ai jamais été un vedgeux de parc en gang même plus jeune. Être avec un groupe à parler futilités pour avoir du fun une soirée de temps en temps oui… mais pas live en continue tous les jours.
    2) bcp de chicanes sont créées parce que par écrit il te manque toute la nuance du non verbal
    3) le niaisage de jte bloque, jte débloque, t pu mon ami…. ah je t aime à nouveau… sérieux. On a pu 4 ans.
    4) je pense que ça prendrait une évaluation psychiatrique à plusieurs là-dessus, voir un tuteur.
    5) ça amène bcp de gens à n’appréhender le monde qu’avec des a priori. Ça crée des effets de groupes (comme un banc de poisson) et les gens perdent leur libre arbitre pour suivre la foule, croyant avoir raison parce qu’ils sont bcp..

    Bref… j’hais ça et j’ai même refusé de rencontrer des filles dans le passé si elles avaient plus de 10 amies/amis Facebook et qu’elles gardaient tous leurs ex et fréquentations là-dessus… lol Quand t rendu avec 4000 amis on s’entends-tu que tu ne dois pas avoir bcp de relations approfondies avec eux? J’ai de la misère à trouver du temps pour voir mon frère et mon meilleur ami et mes parents…

    Pis ça facilite la fuite / adultère quand des difficultés sont rencontrées dans un couple… les rapaces sont là… si proches… et les filles prennent souvent facebook pour leur journal intime. Elles se sentent en confiance de tout mettre là-dessus et bcp dépendent des likes pour leur ego et confiance en elles.

    Certaines filles pensaient que j’avais quelque chose à cacher.. genre une famille, un mariage… Tant pis pour elles lol elles ont raté un beau grand brun ténébreux qui sera bientôt retraité et qui aurait pu leur parler de plein de sujets hyper palpitants (zzzZZZ) reliés aux finances, à la mécanique, à l’astronomie etc etc.. et tant mieux pour moi! Je ne serais pas heureux avec une poule pas de tête.

    Moi aussi on me demande de me justifier de ne pas avoir facebook. De façon générale je réponds : t’as combien d’amis FB?

    Si plus que 10… je ne perds pas mon temps lol

    Maintenant que je me suis défoulé, Facebook et Twitter sont des outils intéressants s’ils sont utilisés à des fins intéressantes.

    L’outil ne fait pas de mal par lui même. C’est le gars ou la fille assis 18  » derrière qui est le problème.

    À grands pouvoirs, grandes responsabilités.

    J’ai pensé utiliser twitter un temps pour le dividend growth investing mais je préfère les discussions plus longues et complètes …. et Twitter ne peut que me rappeler que jeune, les épais on les appelait des Twits.. ça me gosse chaque fois. Lol et.. comme tu vois, je manque de concision.

    1. Bien dit Alain..! Je partage complètement ton opinion.

      Des filles avec moins de 10 amis facebook, haha, t’as pas dû en rencontrer beaucoup alors!

      Facebook peut être un bon outil c’est certain mais pas de la façon que la majorité des gens l’utilise.

      Un marteau est aussi un excellent outil mais si j’essaie de manger mes céréales avec, ça risque de mal aller.

      1. Ahah bah j’ai du plier… ma femme a juste 2500 amis FB… lol

        Bon, j’ai suivi ton conseil et je me suis loggé à Twitter et je vais suivre le tiers de tes amis pour voir s’ils ont des choses intéressantes à dire… seems time consuming! 🙂

        1. Honnêtement, c’est probablement pas la façon la plus optimale d’utiliser ton temps mais j’essaie d’y aller pendant des temps morts, transport, attente etc.

          Je l’utilse pour les groupes de discussions privés pas mal et en réalité je ne suis que quelques personnes d’intérêt seulement…je devrais faire un petit nettoyage de mes abonnements. C’est pratique aussi pour pouvoir poser des questions à des investisseurs dont tu n’aurais pas le contact autrement. Une première approche du moins.

  2. Salut BarbeRiche,

    Je suis plutôt du genre « old school ». Je consulte encore des périodiques pour m’informer sur les entreprises en bourse. Mon préféré est Investement Reporter (disponible à la bibliothèque municipale). Je suis très « frileux » par rapport à Twitter. Je suis déjà inondé par l’information sur le marché, je ne cherche pas nécessairement a en avoir plus. Je cherche plutôt des sources fiables pour synthétiser les données qui sont pertinente pour moi. C’est-à-dire, j’aimerais avoir un « feed » sur tous les titres qui m’intéressent. Un peu comme Google finance + Facebook. En connaissez-vous?

    1. Jeune Retraité,

      C’est sûr qu’il faut faire attention et bien filtrer l’information. Comme tu dis, on devient vite inondé d’information et notre cerveau devient saturé et on finit par perdre son temps. J’aime bien ton approche.

      Personnellement, j’utilise Conferencecalltranscripts qui est gratuit. Tu choisis les entreprises que tu veux suivre et tu reçois des alertes par courriel lorsque la compagnie publie un document sedar. Tu peux aussi ajouter des alertes lorsqu’il y a un changement sur une page web en particulier (exemple : la page canadianinsider pour quand il y a des transactions d’initiés).

      Je ne suis pas sûr si c’est ce que tu recherches. Sinon j’utilise aussi beaucoup les forums pour me tenir à jour et discuter avec d’autres membres/actionnaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *