BILAN MENSUEL : SEPTEMBRE 2016

BILAN MENSUEL : JUILLET 2016

Et un mois de plus derrière nous.  Le temps file vite, très vite!  Le temps froid se pointe le bout du nez tranquillement, l’hiver nous guette mais je crois que nous aurons encore plusieurs belles journées devant nous.  Je ne déteste pas l’hiver.  J’apprécie le calme qui règne en prenant une marche le soir.  J’ai aussi hâte de tirer mon fils dans son traîneau et qu’il voit de la neige pour la première fois de sa courte existence.

Plus le temps file, plus je ressens le besoin de quitter le monde du travail salarié.  Je vais avoir l’air de me plaindre le ventre plein mais mon emploi avec de bonnes conditions de travail, bon salaire, assurances et stabilité comporte aussi un gros coût de renonciation.  Je fais un travail dans lequel mes compétences ne vont me servir que dans ce travail.  Chaque heure passée là-bas en est une durant laquelle je ne suis pas entrain de lire des états financiers pour perfectionner mon style d’investissement,  de bâtir un réseau de contact, de chercher des immeubles pour bâtir un parc immobilier, de lire des livres, de développer des compétences utiles…ou encore de profiter de la vie.  Nous sommes conditionnés à dépendre d’une paie aux deux semaines…et encore là…souvent ce n’est pas même pas suffisant pour soutenir le rythme de vie de la moyenne des gens.  On veut une grosse maison, une voiture de luxe (par personne!), du beau linge, des bijoux, des voyages, des bons restos, les meilleurs vins…

Mon collègue m’a dit cette semaine qu’il magasinait pour une voiture économique………… : un range rover usagé à 40 000$!  Quand je lui ai demandé ce qu’il voulait dire par économique, il m’a répondu que la consommation d’essence était moindre que sa BMW X5.  Je suis sûr qu’au volant de sa BMW, habillé avec ses vêtements haut de gamme, il doit avoir le sentiment qu’il comprend les choses mieux que moi.  Soit dit en passant, je connais son salaire et je gagne environ 10 000$/année de plus que lui (sans compter mes revenus locatifs).  J’avais envie de lui dire que je pourrais en acheter 2 comme ça en payant comptant si je voulais…mais à quoi bon!  Je n’ai besoin que de me mesurer à moi-même et m’inspirer des gens qui font les choses différemment et me rappeler pourquoi je suis si content d’avoir enlevé mes oeillères et d’être sorti de cercle vicieux de consommation.

Bon…suffit la petite montée de lait…aux chiffres!

Revenus

Les revenus du mois de septembre se chiffrent à 10 259$.  Ceci inclut les revenus locatifs ainsi que les revenus d’emploi et prestations parentales.  C’est déjà très bon et cela nous permet amplement de bien vivre et économiser une bonne partie des revenus.  J’aimerais réussir à augmenter nos revenus de diverses façons.  Pour l’instant, je crois que l’achat d’un deuxième immeuble à revenus est le scénario le plus probable.  J’accepte aussi toutes les heures supplémentaires qu’on m’offre au bureau.  En 2016, c’est un bon 8000$ brut que j’ai ajouté à mes revenus d’emploi et l’année n’est pas encore finie.

Dépenses

Les fortes dépenses se poursuivent avec un mois à 7816$.  C’est quand même justifiable étant donné que septembre était un mois à 3 paiements d’hypothèque et nous avons encore assisté à un autre mariage (3e cet été).  Sur le 3500$  des paiements hypothécaires…plus de 2315$ est sous forme de capital et sert à rembourser notre prêt.  Ce n’est pas comme si nous avions 2 paiements de voiture de luxe, des mensualités pour des nouveaux meubles, de gros forfaits télé/cellulaire et que tout cet argent nous quittait pour toujours.  Une bonne partie incluse dans les dépenses nous reviendra éventuellement.

Ceci nous laisse donc avec une économie de 10 259$ – 7816$ = +2443$

Notre taux d’épargne du mois de septembre atteint donc 23,8%.  

Voici un résumé des plus grosses dépenses du mois :

  • Hypothèque                : 3474$
  • Carte de crédit           : 3355$ (assurances, nouveau banc d’auto pour bébé, saq dépôt, costco)
  • Mariage (2)                :  500$….Ah vive l’amour..!
  • Cellulaires/internet :   117$

dep-epargne-septembre-2016

janvier à septembre 2016

 Valeur nette : 231 996$ (+ 6411$)

 Notre valeur nette inclut tous nos investissements tels le REER/CELI/REEE, notre argent liquide, la valeur de de nos fonds de pension à cotisation déterminée ainsi que le capital remboursé sur notre immobilier.  Je n’inclut pas la plus-value pour l’instant car nous devrons payer une part en impôt vu qu’une partie de notre bloc est locative et aussi parce que c’est dur à évaluer mensuellement.

  • CELI   + 9018$ (inclut cotisation de 8050$)
  • REER -218$
  • FOND DE PENSION + 676$ (inclut cotisations)
  • ACTIONS EMPLOYEUR + 46$ (inclut cotisations)
  • CAPITAL IMMOBILIER + 2316$
  • ÉPARGNE JUILLET + 2442$
  • ARGENT COMPTANT – 5427$

valeur-nette-jan-sept-2016

 Le CELI affiche une hausse d’environ 1000$ (sans inclure la cotisation).  J’investis dans des actions à très faible capitalisation (microcaps) et certaines de mes positions commencent à devenir substantielles.  J’ai plus de 100 000  actions d’une entreprise qui s’échange à environ 0,20$ et 120 000 d’une autre qui s’échange à environ 0,13$.  Ça ne veut absolument rien dire mais ça fait en sorte que pour chaque variation de 0,01$, les titres gagnent/perdent 1000$ et 1200$ de valeur.  Coeurs sensibles s’abstenir!  Sinon rien de particulier à signaler.

Notre valeur nette a déjà augmenté de plus de 90 000$ en 2016…j’ai peine à y croire!   Si le marché boursier ne s’effondre pas, nous sommes donc en ligne pour franchir le cap des 100 000$ d’augmentation pour l’année.  Les efforts portent fruit.  Je souhaite que cela puisse motiver certains d’entre vous à suivre la même direction comme je me suis moi-même motivé en lisant d’autres blogs sur l’indépendance financière.  C’est vraiment la raison primaire pour laquelle j’ai décidé de lancer le blog.  La deuxième est pour pouvoir partager avec d’autres personnes qui sont sur la même voie et qui ont plein d’expériences et de connaissances à partager.  Je ne vise aucunement de gagner des revenus avec tout ça…je ne met pas tant d’effort pour monétiser le tout non plus.  Si je peux payer les frais d’hébergement je serai déjà content.

La fin de l’année approche.  Êtes-vous en voie d’atteindre vos objectifs?

6 commentaires

  1. BarbeRiche,
    J’ai une question.. pour ta conjointe peut-être. Je ne demande pas un conseil fiscal personnalisé mais plutôt des pistes de solution. Ma cotisation REEE a atteint 2500$ et je prévois recevoir encore environ 1000$ en allocations familiales pour enfant du Qc et Fed. J’aimerais les investir aussi pour mon kid mais j’avoue ne pas trop savoir comment m’y prendre. Selon ma compréhension je devrai payer tout impôt à payer sur les distributions des investissements faits au nom de mon fils (dividende, intérêts) mais les gains en capitaux pourraient être par contre assumés par lui lorsqu’il prendra les rênes de ses placements. Suis-je dans les patates?

    Par contre, encore selon ma compréhension, les allocations familiales pourraient être déclarées comme étant ses revenus à lui et donc son argent à lui si je crée une paper trail claire et ainsi les distributions seraient payables à son nom (ce qui implique de faire un rapport d’impôt pour un bébé???). Ce que je comprends c’est qu’il faudrait lui ouvrir un compte au nom de ma conjointe (ou au mien) in trust dans lequel on ferait virer toutes les allocations familiales et de ce compte on pourrait acheter des DRIPs. Et là, chaque année on pourrait ne pas payer d’impôts sur ces dividendes car il n’a pas de revenus imposables autres que ces dividendes.

    Suis-je dans les patates? Est-ce que vous avez une stratégie pour votre kid? Est-ce que ça vaut la peine de se casser le pompom pour ça? Peut-être devrais-je juste lui acheter des titres tels que Google, Berkshire Hathaway ou d’autres titres à fort potentiel qui ne versent pas de dividendes mais je ne veux pas me retrouver à payer le gain en capital quand il aura 20 ou 30 ans parce que je comprends mal les règles d’attribution. Le problème c’est comment puis-je lui acheter ces titres alors que je ne peux pas lui ouvrir de compte courtage à son nom (seulement à mon nom in trust pour lui).

    Tu peux aussi me répondre par email…

    Merci

  2. Félicitations BarbeRiche!

    C’est impressionnant à voir et oui les efforts semblent porter fruit! 🙂

    Pour ma part, j’atteindrai pas mes objectifs compte tenu que j’ai mangé des pertes importantes sur un investissement immobilier et sur des investissements boursiers foireux qui ont plantés en 2016. J’ai beaucoup appris de cela cependant, donc tout n’est pas perdu! Et comme je suis jeune comme toi, j’ai du temps devant moi pour me « refaire » disons le ainsi dans mes comptes de placement. Compte tenu que je joue dans la partie imposable les placements très risqué, je peux au moins reporter la perte antérieurement et postérieurement. C’est la bonne nouvelle. Mais il reste encore 3 mois à l’année. Dur de dire où ça ira compte tenu que c’est quand même très volatil comme année pour l’instant!

    On lâche pas. C’est vrai que ça commence à porter fruit quand tu regardes tes comptes de placement monter constamment (ce qui est une excellente nouvelle!)!

    1. Petes,

      Juste comme ça, en 2015, mon CELI a terminé à -25% de rendement…à peu près le même rendement que le tsx-venture cette année-là..! Belle année pour commencer son investissement boursier. Avec du recul, je me dis que j’ai été chanceux car les sommes investies étaient modestes mais c’était quand même très représentatif pour moi.

      Si tu veux partager, je serais curieux d’en apprendre sur tes investissements immobiliers ainsi que boursiers.

  3. Pour moi, consommer des produits de luxe (ex Range Rover) est un signe de faiblesse, du moins avant d’atteindre l’indépendance financière.

    Dans un sens, je suis content de voir que les gens consomment (surconsomment), car j’ai une bonne partie de mes investissements dans des stocks basés sur le marketing (ex: Apple).

    Bravo pour la belle progression de votre bilan!

    1. Jeune Retraité,

      Tu amènes un très bon point. Je me dis souvent que dans une phase d’accumulation de capital…pourquoi vouloir dépenser un gros pourcentage pour des choses qui ne sont pas essentielles (voir un Range Rover), que l’on peut trouver à moindre coût ou qui ne procure pas de «vrai» bonheur? C’est sûr que c’est facile de se convaincre et de se dire qu’en bout de ligne, ce n’est pas «si cher que ça» et qu’en tant que mâle alpha nord-américain, on peut se le permettre. Je soupçonne que c’est peut-être une pensée à court terme.

      Est-ce que c’est plus justifié si on est vraiment riche ou déjà libre financièrement? Je ne suis pas sûr mais c’est très certainement moins stu………surréaliste.

      Merci pour le commentaire! Très cool de constater qu’il existe une communauté active ici aussi. Qui sait où ça nous mènera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *