Un président…pauvre?

Montevideo, 28 de Febrero de 2010. El Presidente entrante de Uruguay José Mujica, durante la conferencia de prensa para medios internacionales en el Palacio Legislativo de este país. (Foto Santaigo Armas/Presidencia de la República)

Lorsque l’on pense à certains de nos politiciens, je ne crois pas que les mots humble, généreux et pauvre nous viennent en tête, je me trompe?  Bien que ce ne soit pas le cas pour nous, fidèles occupants du Québec, ce l’était pour un peuple de l’Amérique du sud qui avait à sa barre un homme de valeur.  En effet, les habitants de l’Uruguay ont su confier les rênes de leur pays à un  président…pauvre.

José Mujica a gagné son pain en travaillant dans les champs durant la première partie de sa vie.  Cet homme passionné avait d’autres ambitions en tête que de travailler dans les récoltes pour le reste de ses jours.  Il a donc décidé de se concentrer à la lutte pour le changement afin d’améliorer la vie dans sa société.  Cette décision lui a valu plus de 10 ans passés au trou, en prison.

«J’ai connu de nombreux revers, plusieurs blessures et quelques années en prison.  Quoi qu’il en soit, c’est la routine pour quiconque tente de changer de le monde.  Miraculeusement, je suis toujours en vie.  Et par-dessus tout, j’aime la vie.» – José Mujica




Un président pauvre?

Son mandat s’est terminé en 2015 mais José Mujica ne faisait pas de la politique pour s’enrichir ou pour la gloire.  Pour vous donner un exemple, il faisait don de 90% de son salaire à différentes oeuvres caritatives et ce n’est pas parce qu’il était déjà riche.  En fait, selon la BBC, le président ne gardait que l’équivalent de 1250$ canadiens par mois, ce qui le plaçait près du niveau moyen de revenus de sa population.  Cela le placerait aussi sous le seuil de pauvreté du Canada.  Il s’est d’ailleurs souvent fait qualifier du «président le plus pauvre au monde» ce à quoi il répond avec sagesse :

«Une personne pauvre n’est pas quelqu’un qui n’a pas beaucoup de possessions mais plutôt quelqu’un qui a toujours besoin d’en avoir plus, plus et plus encore.  Je ne vis pas dans la pauvreté, je vis dans la simplicité.  Je n’ai besoin que de très peu pour bien vivre» -José Mujica

Le président sortant de sa voiture personnelle

La voiture que vous voyez ci-dessus est devenue un symbole de son style de vie modeste et pour cause ;  Le président d’un pays qui conduit une vieille Volkswagen Beetle de 1987.  Un homme d’affaires aurait supposément offert à M. Mujica la coquette somme de 1 000 000$ pour la voiture ci-haut.  Ce dernier a dit ne pas avoir accordé d’importance à cette offre mais que s’il devait recevoir cette somme, elle irait directement à une charité locale pour sans-abri ou encore pour l’achat de camions pour le service public de la santé.

L’Uruguay n’est qu’un petit pays ne possédant pas de jet présidentiel pour une simple et bonne raison, «Car ce n’est pas nécessaire et nous n’en voulons pas.» dit José Mujica.  L’administration du pays a préféré acheter de la France, un hélicoptère de rescousse très dispendieux oui, mais qui disposera d’équipements chirurgicaux et qui permettra de venir porter secours aux victimes d’accidents dans des régions éloignées ou plus difficiles d’accès.

Le but de cet article n’est pas de peindre le portrait de ce président pour le moins disons unique mais plutôt d’essayer de mieux comprendre comment il en est arrivé à cette philosophie de vie.  Pourquoi a-t-il  décidé de consacrer sa vie à essayer d’améliorer les conditions de vie de son pays au risque même de sa propre vie?  Pourquoi se contenter de vivre de façon très modeste dans une ferme, conduire un vieux véhicule, n’utiliser que 10% de son salaire et faire don du reste?  Je vous laisse avec un avant-goût d’une partie d’entrevue avec José Mujica qui en dit long sur notre société d’aujourd’hui (vous pourrez consulter la vidéo complète en anglais plus bas).

traduction libre- «Je me démarque parce que mes valeurs et ma façon de vivre reflètent celle de la société à laquelle j’ai l’honneur d’appartenir.  Le fait d’être président ne change absolument rien.  J’ai mis beaucoup de temps à penser à tout ça.  J’ai passé tout près de 10 ans en solitaire (prison)…dans un trou.  Beaucoup de temps libre à réfléchir.   Voici ce que j’ai découvert : Soit tu es heureux avec peu, libre de tout ce bagage inutile, animé d’un bonheur intérieur…ou soit vous allez nulle part!  Je ne préconise pas la pauvreté.  Je recommande vivement la sobriété.  Cependant, nous avons inventé une société de consommation où l’économie doit croître constamment.  Si la croissance arrête, c’est une tragédie.  Nous nous sommes donc créés une montagne de besoins superflus.  Acheter du neuf pour se débarrasser du vieux…Quel gaspillage de nos vies!  Lorsque j’achète quelque chose, lorsque vous achetez quelque chose, vous ne payez pas avec de l’argent… Vous payez avec le temps précieux de votre vie consacré à gagner cet argent. La vie raccourcit à chaque jour.  C’est pitoyable de gaspiller santé et liberté de cette façon.»

 

 Poursuivez la discussion, laissez un commentaire!




Un commentaire

  1. Wow Intéressant! Je n’avais jamais entendu parler de ce président. Belle philosophie de vie!

    Et c’est vrai qu’on se fait des ennemis lorsqu’on veut que les choses changent. C’est fou comment les gens sont résistants au changement. Passer 10 ans en prison pour des idées politiques… oufff moi je ne le ferais pas…

    Incarner le changement que je veux voir se produire, éduquer la nouvelle génération, voilà ma petite contribution.

    Notre système ne fait aucun sens et ne respecte aucune logique. Nous vivons dans un environnement fini et nous avons des désirs infinis… à moins d’aller polluer et ravager d’autres planètes, notre ère devra un jour prendre fin.

    Quelques familles contrôlent et gardent pour elles l’essentiel des ressources mondiales. C’est inacceptable. Nous avons fait de la possession notre seule quête au détriment de nos vies, de notre liberté, de nos enfants et générations futures, des autres formes de vie sur cette planète et de la planète elle-même.

    Nous sommes stupides en agrégat. Je compare d’aileurs souvent l’humanité à une belle gang de singes méchants… on est vaniteux et on se croit si brillants mais si peu d’entre-nous le sont en réalité.

    Nous sommes en train de détruire notre maison et tout ce qui est bon en nous à passer nos vies à « chercher de l’or ».

    Je suis d’accord avec la plupart de ses points. Revenons à la base, aux enjeux réels de l’humanité.

    Je salue son choix d’acheter une hélicoptère médicale au lieu d’un jet privé. Vraiment une belle leçon!

    Si seulement l’humanité pouvait comprendre et adopter ces concepts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *