BILAN MENSUEL : AVRIL 2016

bilan mensuel

Maintenant qu’avril est terminé, nous en sommes déjà au tiers de l’année 2016.  Comment vont les finances?  Sommes-nous en mesure d’épargner autant maintenant que nous devons subvenir aux besoins d’un nouveau-matelot-né?

Financièrement, les revenus d’avril ont été plus bas qu’en mars dû au retour d’impôt juteux que nous avions reçu!  Nous avons tout de même été en mesure d’économiser plus de 40% de nos revenus nets.

Sur le plan personnel, nous apprécions chaque moment passé avec notre jeune bambin.  Les visites des grands-parents, amis et famille sont aussi plus fréquentes et c’est très bien ainsi.

Passons aux chiffres!

Revenus

Les revenus de la famille BarbeRiche se situent à 12 981$ pour le mois d’avril.  Cela est légèrement supérieur à notre moyenne dû au fait que c’est un mois à 3 paies.  Nous avons aussi reçu le double des montants d’allocations pour enfant (rétroactif depuis mars).

Le mois d’avril est aussi très occupé, entre autre pour Lady BarbeRiche qui opère une petite entreprise de services comptables à partir de la maison.  Ce n’est qu’un revenu d’appoint car elle travaille aussi à temps plein mais cette année fût différente car elle est présentement en congé de maternité.  Je lui lève mon chapeau pour avoir eu la force de jongler entre changement de couche, allaitement et déclaration d’impôt!

Quant à BarbeRiche, le mois d’avril fût tout aussi occupé au travail.  Beaucoup d’heures supplémentaires et pas beaucoup de congé!  J’ai souvent reçu des commentaires comme quoi il ne fallait pas que je m’épuise et j’apprécie que les gens aient ma santé à coeur.  Par contre, je pense être le mieux placé pour connaître mes limites.  J’ai un but en tête et une overdose de motivation et cela me donne la force nécessaire d’y arriver.



 

Dépenses

Qui dit mois à 3 paies dit aussi mois à 3 paiements d’hypothèque!  Les dépenses pour le mois se sont élevées à 7620$.  L’hypothèque de notre immeuble locatif compte à elle seule pour 3474$.  Un paiement à HydroQuébec pour les 2 mois d’hiver a aussi diminué nos avoirs de 633$.  L’année de construction de notre immeuble date de 1915 et je crois qu’il y aurait un travail d’isolation à faire à quelques endroits.  Je n’avais pas pris la peine de mettre des plastiques isolants dans les fenêtres cette année mais je ne ferai pas la même erreur en 2017!

 

Ceci nous laisse donc avec une économie de 12 981$ – 7620$ = +5361$.

Notre taux d’épargne du mois d’avril atteint 41,3%..!  Un peu sous la barre des 50% visée mais tout de même très acceptable.

 

Dép-épargne (jan-avril 2016)

janvier à avril 2016

Valeur nette : 174 785$ (+ 8748$)

Notre valeur nette continue sa progression à une cadence assez rapide.  Nos paiements d’hypothèque sont aux deux semaines accélérés et notre taux d’emprunt est très raisonnable à 2,05%.  Le capital remboursé sur notre immeuble locatif équivaut en avril seulement à 2 296$ (3 paiements).  Pour l’instant, j’ai décidé de ne pas inclure l’augmentation de la valeur de notre immeuble afin d’avoir un portrait le plus réaliste possible.  De plus, nous devrons payer des taxes sur le gain en capital.  Si nous décidons de vendre à l’approche de la retraite, je commencerai l’évaluation et les calculs à ce moment-là et j’aurai possiblement une belle surprise!

Nos employeurs respectifs ont un programme dans lequel une partie de nos cotisation pour le plan de retraite est égalée.  En incluant nos cotisations ainsi que les fluctuations de valeur des fonds, on ajoute un 940$ supplémentaire dans notre bas de laine.

Nos comptes personnels (REER, CELI) ont quant à eux enregistrés une hausse minime d’environ 100$.

 

valeur nette jan-avril 2016

Je suis très satisfait de notre progression en 2016.  Nos investissements boursiers commencent à devenir plus imposants et la volatilité du marché peut mettre la confiance à rude épreuve.  Cependant, je me suis fait un devoir de ne pas laisser les émotions affecter mon humeur.  Je met l’emphase sur le long terme, j’ignore les journaux ou émissions financières et je profite de ma petite famille et du temps chaud qui se pointe le bout du nez (finalement!).

Êtes-vous sur la bonne voie pour l’atteinte de vos buts en 2016?  Des plans pour l’été?  On veut vous entendre!




5 commentaires

  1. Bonjour BarbeRiche,
    Solides revenus et une conjointe qui a la même ambition que toi, je ne doute pas de ta réussite! Il te suffit de tenir le cap suffisamment longtemps.

    Quel est ton objectif final en terme d’épargne? Comment comptes-tu transformer tes épargnes en revenus? Moi j’utilise la technique d’investissement par croissance du dividende parce que c’est une méthode intégrée avec laquelle on n’a pas à se soucier de M marché et de la valeur de son portefeuille. Que le marché monte ou baisse, ça ne réduit pas mon nombre d’actions et les dividendes continuent d’être versés malgré les aléas du marché non pas en fonction de la valeur des actions, mais en fonction du nombre d’actions qu’on possède.

    Lorsque tu déclares des revenus dans tes bilans, ils sont bruts ou nets? Es-tu astronaute lol Vous avez de très gros salaire pour votre âge! Je suis content de voir que ça ne vous monte pas à la tête et que vous agissez intelligemment.

    Bonne soirée

    1. Bonjour Alain,

      Les revenus sont nets (avec un astérisque) mais aussi supérieurs à notre moyenne habituelle. Nous gagnons de bons salaires mais rien d’astronomique (!)…bien en bas de 100k/chaque. Par contre nous avons aussi des revenus locatifs d’un triplex qui s’ajoutent et Lady BarbeRiche opère aussi une entreprise de comptabilité de la maison donc les mois de mars-avril-mai sont particulièrement payants pour nous. C’était aussi un mois à 3 paies tel que mentionné dans l’article et Lady BarbeRiche est aussi présentement en congé de maternité donc nos revenus vont substantiellement diminuer dans les prochains mois. J’inclus tout ce qui rentre dans notre compte donc les prestations pour enfant, les paiements des clients, les loyers, le retour d’impôt en mars, etc. Nous paierons un peu d’impôt à un certain point sur une faible partie de ses revenus donc ce n’est pas 100% net mais cela viendra augmenter nos «dépenses» et réduire notre taux d’épargne lors de ce mois. Somme toute, je trouvais que ça donnait un bon portrait réaliste.

      Mon objectif final en terme d’épargne n’est pas coulé dans le béton. Si je comptais vivre exclusivement de mon capital accumulé, je me baserais sur un concept que tu expliques d’ailleurs très bien toi-même sur ton site, qui est d’accumuler 25 fois ses dépenses annuelles et vivre avec l’intérêt provenant des placements. Cependant, je crois que le scénario le plus réaliste et sécuritaire pour notre petite famille, sera de continuer à avoir une forme de revenus quelconque tel que notre immeuble locatif ou l’entreprise de travailleur autonome à la maison. Peu importe la source de revenus, l’important est qu’elle ne provienne pas d’un emploi que ne voulons pas faire, qui accapare 40h de notre vie à toutes les semaines et qui offre très peu de flexibilité. Je peux aussi compter sur ce blog pour m’acheter une douzaine d’oeufs à tous les 6 mois 😛

      C’est vrai que le concept d’investissement par croissance du dividende est très intéressante mais je ne la pratique pas pour l’instant. Par contre, tous nos REER sont dans des fonds négociés en bourse (FNB) et certains versent des dividendes. Quant au reste, mis à part notre immeuble locatif et nos fonds de pension au travail, tout est investi dans des microcaps à l’intérieur du CÉLI. Il me faudrait donc aussi utiliser une partie des gains en capital pour subvenir à nos besoins. J’ai discuté avec quelques investisseurs privés et ce n’est pas tâche facile alors je comprend très bien l’attrait (et l’avantage) d’un portefeuille de dividendes. Il me faudrait avoir un bon 2 ans de dépenses annuelles accessible pour éviter de vendre des titres potentiellement profitables pour subvenir à mes besoins.

      J’espère que ça répond un peu à ta question!

      1. Oui très clair! 🙂 C’est sûr que de vendre des titres pour pouvoir vivre de ces ventes c’est pas évident. Déjà qu’il a fallu « timer » l’achat, voilà maintenant qu’il faut « timer » la vente non pas optimalement, mais en fonction de ses besoins en liquidité. D’avoir 2 ans d’avance en liquidité pour se donner du lousse me paraît une excellente idée.

        C’est une des raisons qui m’ont poussé à choisir une autre approche même si je sais que les micro-caps ont souvent performé mieux que le marché dans son ensemble. Je ne trouve pas la méthode facile dans la pratique. Acheter les titres un à un relève presque de la préscience pour moi puisque je suis loin d’être un professionnel en analyse de compagnies et les acheter en bundle sous forme de fonds dilue le rendement pour le rendre trop peu intéressant pour moi. Ensuite le problème reste entier lorsqu’il est temps de convertir le capital en revenus.

        Une rente viagère? Trop peu de rendement pour les restrictions données sur le capital.

        Économiser 20-25 fois les revenus et retirer ensuite 3-4% par année c’est une règle de pouce. Il suffit d’un marché difficile pendant plusieurs années d’affilé pour gruger énormément (trop) de son précieux capital (après une chute de 50% du marché, le revenu qui représentait 4% devient 8% du portefeuille) si on a besoin de revenus stables. Reste donc à accepter des revenus instables. Avoir d’autres sources de revenus me parait une fabuleuse idée. Vous avez déjà deux excellentes sources (triplex et business) ce qui m’apparait excellent! Aussi, avec cette règle il ne faut pas oublier l’inflation. Si on veut retirer 4% par an, il faut s’assurer que le rendement couvre ce 4% plus l’inflation pour que le fonds demeure perpétuel.

        Une portefeuille de titres à dividendes offre THÉORIQUEMENT plus de stabilité et une croissance des revenus. Je dis théoriquement car le passé n’est jamais garant de l’avenir. Je décèle de nouvelles tendances qui m’inquiètent à force d’investir en bourse :

        – de moins en moins d’IPO et de plus en plus de privatisations. Une compagnie publique a de nombreuses exigences qu’une compagnie privée n’a pas. Bien des gestionnaires font désormais appel à l’épargne privée au lieu de publique et il y a aussi de gros poissons (Warren Buffett notamment) qui passent leur temps à privatiser de superbes business ou à les fusionner avec de moins intéressantes (Tim Hortons / Burger king notamment)

        – une tendance grandissante à utiliser (lire gaspiller) l’argent des actionnaires pour racheter les actions de l’entreprise sans égard au prix payé dans une optique à court terme (camoufler les trop généreux programmes de stock option, camoufler la perte de vitesse de l’entreprise, faire hausser le titre à court terme pour que l’équipe de gestion maximise l’effet de ses stocks options… etc…)

        – certaines compagnies ont émis des actions sans droit de vote (Alphabet / Googl) et ça semble plaire. On peut désormais faire appel à ton épargne mais te retirer le droit de t’exprimer ce qui donne carte blanche à l’équipe de direction…

        – Un capitalisme qui s’essoufle avec des problèmes majeurs liés à l’endettement des gouvernements et des ménages.

        – une nouvelle génération engagée de jeunes qui ne veulent pas entrer dans le moule de la surconsommation… ça prend une majorité de consommateurs pour faire croître nos investissemenfs

        Néanmoins, j’aime la relative sécurité et la logique de la technique. Si une entreprises est capable de verser chaque trimestre une dividende et qu’elle est en plus capable de le hausser chaque année, forcément, elle fait quelque chose de bien.

        De toute façon, j’imagine que ta vision de la liberté financière n’est pas de rester assis devant de vieilles reprises de « Top modèle » à manger des chips lol Quand on a tout notre temps, il y a mille et une façon d’arrondir les fins de mois!

        Félicitations pour vos progrès, vous avez déjà une belle situation et mieux que tout, un plan clair et opérationnel!

        Dernière chose, vas-tu partager avec nous dans quelles micro caps tu investis? Ça m’intéresse!

        1. Effectivement, c’est loin d’être facile ou clé en main comme type d’approche. Personnellement, je ne suis qu’au commencement et j’ai énormément de croûtes à manger. Je me suis permis de le faire car nous sommes assez diversifés avec fond de pension, reer en FNB et immobilier et aussi parce que notre capital est relativement petit. Je manque un peu de temps pour pouvoir faire toutes les recherches/analyses/apprentissages mais si mon plan se concrétise et que je réussis à quitter mon emploi dans le court-moyen terme, j’aurai beaucoup plus de temps libre et je me verrais bien lire quelques états financiers le matin et discuter avec d’autres investisseurs ou management d’entreprise.

          Je ne crois pas qu’il est primordial d’être une bête en analyse et maths financières…«Beaucoup de gens en finance aiment avoir l’air intelligent en rendant les choses compliquées. Ces gens travaillent souvent pour quelqu’un d’autre. Les gens qui ont du succès réussissent à simplifier les choses.» traduction libre-microcapclub. Je pense que l’important est de bâtir son réseau d’investisseur, se spécialiser dans un secteur, connaître mieux que quiconque les entreprises dont nous sommes actionnaires, ne pas trop s’éparpiller et bien connaître le marché dans lequel on investi (exemple, TSX ou TSX-V).

          Tous les points que tu énumères sont super intéressants! Je crois que lorsque ma base de capital sera plus importante, j’envisagerai très fortement d’avoir un portfolio de croissance de dividendes.

          Je ne crois pas commencer à partager des articles sur mes positions mais je n’ai aucun problème à les divulguer. Mon portfolio CÉLI est constitué des titres suivants et affiche présentement un rendement de -2,98% depuis début 2015. Rien d’impressionnant mais 2015 fût difficile pour les microcaps avec le tsx-v qui a perdu près de 25% et j’ai aussi commis plusieurs erreurs et été impatient mais j’ai aussi beaucoup appris..!

          PMN.TO : Biotech en phase de développement, médecine de précision pour maladies neurodégénératives (Alzheimer entre autre)
          IVI.V : Logiciels et communications / développe apps logicielles pour interactions des gens
          AKR.V : Fournisseur de fidélisation/carte cadeau en solution SAAS
          HTL.V : Fabricant de microscopes haut de gamme
          DAP.U.V : Films de protection (pare-pierre) pour voiture.
          LTE.C : Solution pour déploiement de réseaux fibre optique de type micro-tranchée
          MBX.TO : Pharma spécialisée dans les antigènes et réactifs viraux et bactériens

          *ne vous fiez surtout pas à mes positions pour investir, ce matériel ne constitue en aucun cas une suggestion ou un conseil financier

          1. Je crois que tu as raisons sur pas mal toute la ligne. Être capable de rendre les choses compliquées simples, c’est d’ailleurs un grand signe d’intelligence. Je crois que c’est Einstein qui disait que si on n’est pas capable d’expliquer quelque chose à un enfant de 6 ans, c’est qu’on ne l’a pas compris soi-même. Et je suis bien d’accord avec cela.

            Lire des états financiers c’est une chose. Bien se renseigner sur une entreprise, en comprendre tous les rouages, les risques et possibilités en est une autre. Ça doit être pas mal intéressant de faire ça et c’est ce qui fait de l’investisseur un vrai investisseur au fond.

            Je ne connais pas ces compagnies. Un de mes amis suit bcp PLI.to, une compagnie pharmaceutique de Laval depuis que le titre est à 0,34$. Il est monté jusque dans les 3,60$ cette année. Il en a mis dans son REER dès le départ et il s’amuse à faire de l’achat/vente sur le titre avec 50,000$ pour de petits profits à court terme.

            Son approche dépasse le niveau de risque acceptable que je suis prêt à prendre mais il semble plutôt bien s’en tirer à date.

            Ce qui me rend mal à l’aise avec ce genre de titre, c’est qu’elles fonctionnent à perte et leur titre est donc extrêmement volatil et en fonction des nouvelles publiées. Très spéculatif.

            Je pense que je serais plus à l’aise de rater le premier big bang et d’attendre que la cie fasse ses preuves, qu’elle démontre pouvoir faire du vrai profit, pas juste du profit potentiel. Car je pense que comme c’est le cas en immobilier, chaque investissement devrait être rentable dès le jour 0.

            Je vais suivre tes progrès. Lâche pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *